Deposizione


Jannis Kounellis

2006


  • Bois, métal (plomb, fer), peinture, toile
  • 80 x 600 x 320 cm
  • Courtesy RAM radioartemobile

L’un des fondements du travail de Jannis Kounellis est le respect du matériau « pauvre » en opposition au marbre ou au bronze traditionnels. Grand maître de l’Arte povera, il a eu à cœur de donner un sens aux objets qui nous entourent au quotidien et qui sont chargés d’histoire. Bien que la plupart de ses œuvres soient tridimensionnelles et faites d’objets ready-made (parfois même d’objets vivants, comme des chevaux, des oiseaux ou des musiciens), Kounellis a toujours insisté sur le fait qu’il est avant tout un peintre. Pour lui, chaque élément disposé dans le lieu d’exposition concourt à transmettre une tension tragique. De façon générale, et peut-être plus encore quand il crée Deposizione en 2006, il conçoit un espace dramatique en donnant à voir les efforts collectifs de l’humanité face au passage du temps.

Dans les espaces de Radioartemobile à Rome, Jannis Kounellis encombre l’espace d’une série de tables accolées, recouvertes de feuilles de plomb. Au cœur de l’Hôtel de Ménoc, réorchestrée pour la première fois depuis sa création, l’œuvre de Kounellis est tournée vers la mémoire, vers l’histoire de ce lieu, et fait écho à l’activité minière de la ville de Melle dont la production de plomb a été estimée à 90.000 tonnes.

Au centre du dispositif, l’artiste vient placer un sommier qu’il recouvre d’une toile noire. Si le lit se retrouve à de nombreuses reprises dans son œuvre c’est car cette surface est automatiquement associée à un format déterminé : la taille de l’homme. « Je suis un vieil humaniste, et pour moi l’homme est un centre irremplaçable et une frontière ouverte. »



sans ascenseur pour accéder au premier étage



du mardi au dimanche de 11h à 13h et de 14h à 19h



2 rue Emilien Traver


Gratuit



Artiste

photo artiste Jannis Kounellis

Jannis Kounellis est une figure majeure de l’art contemporain et l’un des pionniers de l’Arte Povera… Avec une attitude artistique révolutionnaire, Kounellis défie l’industrie culturelle en revenant à l’essence même du geste créateur notamment par le recours, dans le processus de création, à des matériaux dits « pauvres ».

lire la suite