Plot for a Possible Resurrection (Plan pour une éventuelle résurrection)


Ali Cherri

2018


  • Briques de terre sèche, os, pièces archéologiques, eau
  • Dimensions variables
  • Courtesy de l’artiste

La place de l’objet archéologique est centrale dans l’œuvre d’Ali Cherri. Il questionne le choix des objets montrés dans les musées car celui-ci n’est pas anodin et indique la vision que chaque culture veut donner à son histoire, quelle trace nous gardons du passé.

Pour Plot for a possible resurrection (plan pour une éventuelle résurrection), Ali Cherri crée un espace de fouilles archéologiques où des objets sont divulgués et montrent des traces d’érosion. La boue sert à faire pousser les cultures par sa richesse mais aussi engloutit tout lors de cataclysmes. C’est cette boue qui s’empare de l’espace d’exposition et qui déverse quelques objets qu’elle a emprisonnés. La nature reprend toujours le dessus et ainsi, les objets transformés par l’homme, s’érodent. La pierre taillée redevient pierre, la terre redevient boue.

Alors que les mines d’argent de Melle ont été oubliées pendant plusieurs siècles puis redécouvertes, Ali Cherri s’est intéressé aux formations de couches de calcaire et de stalactites que la pénétration de l’eau a formées sur les gravats de pierre laissés par les mineurs. Ces marques naturelles du passage du temps et de victoire de la nature sur les interventions humaines ont été sources d’inspiration pour l’œuvre Plot for a possible resurrection qui s’inscrit dans cette biennale comme un miroir des mines.



Sans ascenseur pour accéder au premier étage



du mardi au dimanche de 11h à 13h et de 14h à 19h



2 rue Emilien Traver


Gratuit



Artiste

photo artiste Ali Cherri

Ali Cherri combine dans son travail de nombreux objets : des objets archéologiques et des animaux naturalisés qu’il achète via des collectionneurs ou dans des maisons de vente.

lire la suite